Vous êtes iciAccueil»Témoignages d'entreprise»Changement technique»Quand les conditions de travail prennent racine

Quand les conditions de travail prennent racine

Évaluer cet article
(1 Vote)

Comment accompagner un développement soutenu de la production sans altérer la pérennité d’un modèle en croissance, ni les conditions de travail ? C’est la question à laquelle s’est trouvée confrontée cette entreprise spécialisée dans les jeunes plants de pépinière d’ornement. Contrainte de s'agrandir pour soutenir sa productivité, elle mise sur la recherche-développement et sur des espaces de travail qui offrent de meilleures conditions de travail aux salariés.

L'entreprise est spécialisée dans les jeunes plants de pépinière d’ornement. Fondée en 1933 à Angers, elle accentue son développement à partir de 1983 en misant d’une part, sur l’innovation variétale, d’autre part, sur l’exportation. Aujourd’hui, avec une palette de 1400 variétés, elle est le leader incontesté du marché des jeunes plants en France et figure au tableau des plus gros acteurs européens.


La production de l’entreprise est organisée autour de 4 activités différentes dont la multiplication in vitro. L'atelier dédié à cette activité est chargé, en particulier, de la production d’une nouvelle variété, l’Albiza Summer Chocolate, primée aux Pays-Bas. Or, l’étape de repiquage sous serre de l’Albiza présente deux types de risques : pour le plant lui-même (changement de milieu et durée d’exposition à des conditions de température et d’hygrométrie inadaptées), mais aussi pour les salariés, contraints d’opérer dans des délais très resserrés, pour limiter cette période d’exposition.

 

Température et humidité contrôlées…


Dès lors, pour satisfaire l’augmentation prévisible des ventes d’Albiza, tout en limitant les difficultés de manipulation, l’entreprise a opté pour la conception d’un atelier à ambiance thermique et hygrométrique contrôlée. «Nous avons parallèlement sollicité l’Aract des Pays de la Loire pour enrichir le projet de la prise en compte des conditions de travail et contribuer à la réalisation de choix efficaces du point de vue de la production et des salariés», explique le directeur technique.
 

Le dispositif développé par l’Aract s’inscrit dans le programme Ergoconception, conçu pour aider les entreprises de l’agro-alimentaire à mettre en œuvre leur projet de changement en mettant les conditions de travail au cœur de leur démarche. La démarche participative mise en œuvre visait deux objectifs : étudier la faisabilité d’une production accrue par multiplication in vitro, et réaliser le cahier des charges de la future salle. «Les opérateurs ont été impliqués dès l’étude de faisabilité», souligne le directeur technique. Cela a permis d’élargir complètement le projet initial d’aménagement de la salle.
D’autres problématiques ont été identifiées telles que la conception des postes de repiquage, l’intégration des saisonniers, l’évolution des outils de gestion de production, les risques d’intensification (liés aux spécificités de repiquage pour ce type de plant) et, par conséquent, le besoin d’évolution de l’organisation du travail. Cela a permis de définir un projet «d’organisation».

À partir de là, l’étude d’aménagement de la salle a pu être conduite. Par exemple, le besoin d’accompagnement des saisonniers a eu un impact sur la disposition des postes et donc, le choix d’agencement de la salle. Pour mener ce travail, le groupe a réalisé des simulations à partir d’une maquette 3D en carton. Une grille d’enrichissement du projet était également formalisée au fur et à mesure des séances jusqu’à devenir le cahier des charges de l’implantation finale, validé par la direction et présenté en CHSCT. Avec l’implantation de la salle de repiquage, l’augmentation de 30% de la production est désormais possible, par une meilleure maîtrise de la qualité et du rendement, de même qu'une réelle anticipation des effets associés.

L'entreprise a associé ses équipes à une réflexion globale sur la production et les conditions de travail. Accompagnée par l’ARACT des Pays de la Loire à travers le dispositif « Ergoconception », elle installe dès cette année une salle de repiquage. La prise en compte des conditions de réalisation du travail à partir d'une analyse fine des besoins des clients, des caractéristiques des produits et des modes de leur production et des compétences requises a permis une conception ergonomique optimisée de cette salle où la température et l'humidité sont contrôlées avec des effets maîtrisés sur la santé de l’Albiza Summer Chocolate… et des opérateurs.

Affiner la recherche

Contactez-nous !