Longtemps réduite à l'équation vie professionnelle-vie familiale, la question de la conciliation des temps appelle une vision plus systémique, prenant en compte les dimensions temporelles liées à l'entreprise, à ses marchés, à ses salariés et aux territoires. C'est le « compromis temporel », une grille de lecture à plusieurs dimensions élaborée par l'Anact.

Sous-estimée par les acteurs sociaux, la question de la conciliation des temps commence à trouver droit de cité dans les entreprises. Un début d'intérêt gagné sous la pression d'un double facteur : d'une part, l'injonction faite aux entreprises de s'impliquer davantage dans des mesures de soutien à la parentalité et de promotion de l'égalité hommesfemmes, d'autre part, la persistance voire le développement de phénomènes tels que les risques psychosociaux, l'absentéisme, la baisse de la qualité de service, la dégradation de la cohésion des collectifs, les difficultés de gestion des plannings pour les managers.

Ce numéro de Travail & Changement est disponible en téléchargement sur le site de l'Anact